dimanche 28 février 2016

Beryl, mon clavier maitre, une grosse mise à jour !

Salut à tous !

Beryl était mon clavier maître, je l’ai fait en 2007, et nous avons fait notre dernier concert ensemble en 2008 au Zèbre de Belleville.


Depuis, je ne m’en servais plus, principalement à cause de son gabarit. J’ai donc décidé de le faire maigrir pour pouvoir à nouveau l’utiliser. Pour son nom, je voulais un nom avec un "y" dedans, et si possible, qui ait un rapport avec sa couleur. Je lui ai donné le nom d'une pierre précieuse bleue / verte, de la famille des émeraudes.

1. Le concept:
Beryl regroupe 2 machines:
. 1 système Doepfer MKE qui gère les touches (clavier 61 touches Fatar TP 8/O type Waterfall avec touches un peu jaunies et aftertouch). Ce sont les mêmes touches qu'on retrouve dans les actuels Nord Electro 61 touches.
. 1 surface de contrôle basée sur une midibox 64e, concept de Thorsten Klose.


2. Ce qu’il fallait changer:

Pour pouvoir à nouveau prendre Beryl sur scène, il fallait que son encombrement diminue. Je ne pouvais pas toucher au clavier et au système MKE, c’est donc sur la boite et la surface de contrôle qu’il fallait que je trouve la solution.

Beryl avait les caractéristiques suivantes:
- 2 molettes (pitch bend & modulation)
- 16 faders 100mm
- 4 entrées pour pédales de contrôle continu
- 16 encodeurs (+1 pour la navigation dans les menus) 
- 60 boutons 
- 2 entrées pour pédales switch
- 47 Leds.

La nouvelle version a donc:
- 9 faders 60mm
- 3 entrées pour pédales de contrôle continu
- 4 potentiomètres 
- 13 encodeurs (+1 pour la navigation dans les menus)
- 40 boutons avec Leds intégrées
- 3 entrées pédales switch


3. Ce que j’ai gardé:

De la 1ere version, j’ai gardé les cartes électroniques, une partie du câblage, les encodeurs, les touches et la carte MKE, les ferrailles de protection pour les côtés et la boite, l’écran de la midibox, les connecteurs des pédales et les connecteurs MIDI et d’alimentation. J’ai également gardé la face avant de la boite (celle avec la poignée).
J’ai changé tous les boutons et les diodes, ainsi que les faders et les boutons de faders et d’encodeurs.

A gauche, les boutons et leds de l'ancien Beryl, à droite, les nouveaux boutons avec leds intégrées.

4. Le design

Le précédent était, avec plus ou moins de réussite, inspiré par les Fender Rhodes. A l’origine, j’avais prévu cette 2e version un peu plus plate, mais les touches sont profondes, donc soit j’avais un clavier pas très haut, mais profond, soit un clavier un peu épais, mais plus réduit en profondeur. Du coup, je suis revenu sur un design de Rhodes, cette fois-ci beaucoup plus prononcé.
Avant de me lancer dans la construction de la nouvelle version, j'avais fait un plan dans Sketchup, qui ressemblait à ça: 


Le design final est extrêmement proche: 



Tout comme les Rhodes, Beryl est sa propre boite, il me suffit donc de mettre son couvercle et de partir avec. 



5. Les matériaux:

La 1ere version était en contreplaqué de 10mm d’épaisseur pour le dessous, l’arrière et l’avant; en médium 10mm pour les côtés, et en médium 5mm pour la face avant.
A l’époque, ce n’était pas trop gênant, mais malgré quelques cales pour la soutenir, la face avant pliait un peu quand j’appuyais sur un bouton.

La nouvelle version est entièrement en contreplaqué de 10mm, sauf les côtés qui sont en pin de 18mm. J’ai gagné en solidité, mais malheureusement aussi en poids, malgré une réduction de la taille.




6. Dimensions:

Au final, Beryl fait 89,5 cm de longueur, 34 cm de profondeur, et 13,5 cm de hauteur (à l’endroit le plus haut, soit au niveau de l’encodeur de navigation)
Tout ça pour 13,7 Kg, boite incluse. Je ne me souviens plus du poids de l’ancien, mais le nouveau doit faire entre 1 et 2 Kg de plus, alors qu’il est plus compact. Ca reste complètement transportable. 


7. Fabrication:
Voilà quelques photos de sa fabrication:





Gravure à l'aide d'une défonceuse Dremel.




3 couches de peintures

et 7 couches de vernis


La façade est sur charnières, pour faciliter les éventuelles maintenances.



Vérification avec le clavier pour voir si tout va bien côté dimensions.


L'électronique est montée

Toute l'électronique est installée.

Le problème de la réduction de taille, c'est la place disponible pour toute l'électronique.
Voilà les photos de Beryl terminé:










Le nouveau Beryl à son 1er concert, le 20 février au Belushi's gare du nord, pour les 5 ans du Forum Frenchnerd. Photo @Rogntudju

7. Tour d’horizon:

Face arrière: 



- A gauche, le connecteur d’alimentation qui alimente les 2 machines (j’ai soudé 4 câbles en interne sur cette prise)
- Au milieu, les prises pour les pédales, 3 pédales à contrôle continu en haut, 3 pédales switch en bas. L’un des switchs sera occupé par une pédale de sustain.
- A droite, puisque vous avez tout suivi, vous savez qu’il y a 2 machines, chacune avec ses entrées sorties midi. En haut à gauche: IN du MKE (clavier), OUT du MKE, et THRU de la midibox. En dessous: IN de la midibox, et 2 OUT pour la midibox.

Si vous avez tout compris, vous devez vous poser une question, alors oui, pour utiliser Beryl, je suis obligé de «patcher» les machines entre elles, c’est donc soit le clavier qui entre dans la midibox, soit l’inverse. J’aurais pu le faire en interne, mais garder ça sur le chassis permet de tester différentes configurations, et c’est aussi plus pratique en cas de panne sur l’une ou l’autre des machines. Je suis donc en mesure de brancher uniquement le clavier ou la surface de contrôle, et je peux même les brancher toutes les deux sur des machines différentes, bref, c’est assez flexible.

Passons donc à la face avant.

Partie gauche:

C’est ici que sont positionnés les 4 potentiomètres, à course finie. N’ayant pas de molettes de modulations, l’un des potentiomètres sera assigné à la modulation, les autres pourront servir pour contrôler des filtres, ou des envois d’effets.

Les 2 colonnes de 8 boutons en haut vont être configurées pour lancer des samples dans Ableton (notamment avec Clara Neville).
Ah oui, petite précision, les Leds, bien que faisant partie intégrante des boutons, sont indépendantes, donc dans le cas de ces boutons, les Leds répondent à des notes midi envoyées par l’ordinateur.
Petit exemple quand je testais que les boutons s’allumaient bien en recevant une note midi précise:

video

Sous ces boutons, les 8 autres boutons serviront à changer les sons de l’ordinateur ou d’autres synthés, ou à activer certains effets. Pour ces boutons, j’ai configuré les Leds pour qu’elles me donnent l’état des boutons, je sais donc si j’ai appuyé ou pas.

La partie plate à gauche de ces boutons me permet de poser un ipad, petit expandeur ou une petite surface de contrôle.

Partie centrale:

Cette partie est composée de 9 faders, qui me serviront à contrôler le volume de différentes combinaisons de sons, ou les tirettes d’un orgue...
Sous ces faders, on trouve 9 encodeurs, crantés et sans fin. Ils me serviront à régler des paramètres d’effets ou de son.

Partie droite:


La carte Doepfer MKE qui gère le clavier, avec ses 6 boutons. Ca me permet d’envoyer des changements de programme, et de gérer les transpositions d’octaves du clavier.
Sous la MKE, 8 boutons, dont les fonctions seront a priori similaires à ceux de l’autre côté. 
A noter que cette fois, les diodes m’indiquent le groupe dans lequel je suis (j’y reviens après).
A droite de ces boutons, 4 autres encodeurs, toujours crantés et sans fin, auxquels j’assignerai des fonctions similaires aux 9 autres.

Au-dessus, les 8 boutons à diodes blanches servent à naviguer dans les banques de présets de la midibox. 
Les boutons sont: Bank 1, Bank 2, Bank 3, Bank 4; Bank +; Bank -; Group +; Group -

J’ai 64 banques. Chacune sauvegarde les fonctions de toute la midibox, à savoir tous les boutons, et tous les encodeurs. 

Attention, il faut suivre: une banque sauvegarde la midibox complète, mais possède également des groupes. En effet, il est possible de connecter 64 encodeurs, alors ceux-ci sont également sauvegardés dans la banque. Comment j'y accède ? Avec des groupes. Alors pour essayer de vous résumer ça simplement, disons que dans une banque, mes boutons n’auront tous qu'une seule fonction par bouton, par contre, les potentiomères, faders et encodeurs peuvent en avoir plusieurs, que je sélectionne au moyen de groupes.
En l’occurence, mes 4 potentiomètres, 8 faders et 13 encodeurs ne forment qu’un seul groupe.
Je peux donc tout à fait dire que mes faders contrôlent les volumes de tous mes sons dans le groupe 1, mais contrôlent les tirettes d’un orgue dans le groupe 2, et les paramètres d’un synthé dans le groupe 3...
...tout ça multiplié par 64 banques.

Enfin, sous l’écran de la midibox (en bleu) se trouvent 2 boutons et 1 encodeur de navigation, qui me permettent de programmer la midibox, de sauvegarder les présets...

Voilà vous savez tout, j’ai eu la chance de jouer dessus pour la 1ere fois la semaine dernière, alors qu’il était tout juste terminé et pas encore complètement fonctionnel. Pour l’instant, je n’ai pas de concerts qui me permettent de l’utiliser, mais ça ne devrait pas tarder.

Et bien sûr, si je décidais d'upgrader Beryl, les cartes électroniques me permettent encore de connecter 16 faders ou potentiomètres, une trentaine de boutons et 24 Leds...

Si vous voulez des informations sur la midibox et les différents projets, je vous conseille d’aller faire un tour sur le site uCApps.

Pour finir, voilà une photo, sans trucage et sans effet de perspective, de la face avant du 1er Beryl, reposant sur le nouveau Beryl... En gros, Beryl 2 fait la taille de la face avant de Beryl 1.


A bientôt !

samedi 19 décembre 2015

Mes musiques, sur toutes les plateformes, et en streaming !

Salut tout le monde !
J'ai attendu quelques jours pour que tout se mette en place, mais je peux vous annoncer que toutes mes musiques sont maintenant sur les principales plateformes de téléchargement, et en streaming.

J'ai fait ça dans un soucis de visibilité, notamment pour "Shadows", mais j'en ai profité pour mettre tous les albums présents sur Bandcamp également, ce qui inclut les musiques du Visiteur du Futur.

Par contre, je n'ai eu aucun regard sur les prix de vente, qui sont donc fixés par les plateformes, du coup, c'est un peu n'importe quoi.

Les plateformes de téléchargement (cliquez sur les noms pour vous rendre sur la page correspondante):

- Shadows
Bandcamp (12€= 10€ + 2€ de TVA)
iTunes (8,99€)
Amazon (7,99€)
Google play (9,49€)

- Shadows on Keys
Bandcamp (6€ = 5€ + 1€ de TVA)
iTunes (4,95€)
Amazon (4,95€)
Google play (9,49€) (je vous déconseille d'acheter l'EP à ce prix-là...)

- Le Visiteur du Futur (musiques des saisons 1&2)
Bandcamp (12€= 10€ + 2€ de TVA)
iTunes (8,99€)
Amazon: encore en cours de validation
Google Play (9,49€)

Le Visiteur du Futur (musiques des saisons 3&4)
Bandcamp (18€= 15€ + 3€ de TVA)
iTunes (8,99€)
Amazon (7,99€)
Google Play (9,49€)

Voilà, alors sachez que c'est certes moins cher que sur Bandcamp, mais il y a une sacrée retenue, et en vous passant les calculs, je touche 50% du prix de vente (au lieu de 85% pour Bandcamp)... que je toucherai dans 3 mois minimum.
Bref, si vous voulez me soutenir, préférez Bandcamp, et je vous conseille de télécharger l'album en flac, ce que seul Bandcamp permet dans ces plateformes.
Quoi qu'il en soit, peu importe où vous achetez la musique, laissez un commentaire pour que d'autres puissent avoir des avis.


Le streaming:

C'était plus compliqué pour moi de mettre ma musique en streaming. Là encore je l'ai fait principalement pour des raisons de visibilité.
C'est donc l'occasion pour moi d'expliquer mon rapport au streaming.
Certains d'entre vous savent que j'y suis réticent, mais pour être tout à fait clair, je pense que le streaming a une importance capitale dans l'avenir de la musique.

Cependant, voilà pour moi ses défauts:
- une qualité bien souvent mauvaise.
- c'est une façon d'écouter de la musique sans y prêter vraiment attention, on l'écoute comme une radio, en fond, on ne fait pas attention à ce qu'on écoute.
- mais surtout, les artistes ne sont pas rémunérés.

Sur ce dernier point, on m'a souvent dit "tu n'as qu'à te mettre sur Spotify, ils payent les artistes..." J'ai lu beaucoup de compte-rendus, de communiqués de Spotify, et je sais qu'ils ne paient pas les artistes. Entendons-nous bien, un paiement, c'est quelque chose qui permet de vivre, puisque je rappelle ici que la musique, c'est mon métier, d'ailleurs vous savez le matériel que j'utilise, mais j'ai toujours caché son prix... argent qui ne pousse pas dans mon jardin...
Ayant déjà eu une expérience avec Deezer qui m'a rapporté la jolie de somme de 2,35€ sur 3 ans, j'estime savoir de quoi je parle, mais dans un soucis de vérité (histoire de savoir concrètement de quoi je parle), j'ai décidé de tester Spotify et Tidal.
A 0,0007 € l'écoute et avec une moyenne de 300 écoutes par jour depuis un an sur Bandcamp, je reste persuadé que je ne gagnerai pas vraiment d'argent avec ces plateformes. La vraie question est la suivante:
Si je ne gagne pas d'argent directement avec le streaming, est-ce que ça me permet de vendre plus d'albums ? Réponse dans quelques mois !

Alors maintenant les liens:
- Shadows:
Spotify
Tidal

- Shadows on Keys
Spotify
Tidal

- Le Visiteur du Futur (musiques des saisons 1&2)
Spotify
Tidal

- Le Visiteur du Futur (musiques des saisons 3&4)
Spotify
Tidal

Je ne sais pas vraiment comment ces plateformes fonctionnent, mais là encore, merci de partager, de mettre des avis si c'est possible...

A bientôt !




dimanche 13 décembre 2015

Shadows - Les chiffres

Salut à tous !

Alors maintenant que l’album est sorti, en voilà quelques chiffres.
  • Juin 2012, c’est le début de l’écriture de l’album
  • Juillet 2014, c’est le moment où l’écriture de l’album a pris fin
  • Décembre 2015, c’est la sortie de l’album
  • 3 ans et demi, c’est donc le temps qu’il aura fallu pour le réaliser
  • 23, c’est le nombre de morceaux non finis parmi lesquels j’ai choisi les 13 morceaux de «Shadows». Dans ceux qui restent, certains seront supprimés, d’autres apparaitront dans le prochain album
  • 105 Go, c’est la place que prend l’album sur mon disque dur, ceci comprend également les morceaux non finis.
  • J’ai utilisé 2 tables de mixages (Yamaha DM2000 pour l’enregistrement, puis une Allen & Heath Sabre pour le mixage)
  • 2 basses ont été utilisées. J’ai joué tous les morceaux avec une Ray34CA de Sterling by Musicman, sauf «Reflections» sur lequel j’ai utilisé une Squier Vintage Modified JazzBass Fretless.
  • En tout, 5 micros ont été utilisés; 5 simultanément sur les cordes; 3 pour la voix. 
  • 4, c’est le nombre de chanteuses contactées avant d’enregistrer Xiomara Crystal.
  • J’ai dû organiser 2 castings pour trouver Xiomara
  • Les enregistrements des cordes ont été réalisés en septembre 2014
  • Les enregistrements des voix ont été réalisés en avril 2015
  • Chaque musicienne a enregistré pendant 2 jours, il a donc fallu 8 jours de studio pour les musiciennes

Parlons maintenant argent (celui que j’ai dépensé):
  • Enregistrement des musiciennes: 1350€
  • Fabrication des micros: 1500€

Et maintenant, voilà le temps que j’ai passé sur mon album, et l’argent que j’ai économisé de par mes compétences:
  • Pré-production / composition: 4 jours / morceau X 13 morceaux X 350€ (prix moyen d’un studio avec ingé son) = 52 jours / 18200 €
  • Enregistrements de mes parties d’instruments: 2 jours / morceau X 13 X 350€ = 26 jours / 9100€ (hors salaire que j’aurais pu me verser)
  • Enregistrement des musiciennes: 8 jours / 2800€ (hors salaires des musiciennes)
  • Mixage: 2 jours / morceau X 13 X 350€ = 26 jours / 9100 €
  • Mastering: 2 jours / 1500€

Donc au final, j’ai passé 114 jours sur cet album, et économisé 40700€.


Et enfin, 5, c’est le nombre d’albums vendus depuis la semaine dernière... 

A bientôt ! 


dimanche 6 décembre 2015

Shadows - Echec de la campagne Kickstarter et sortie de l’album !

Salut à tous !

Eh oui, le financement de la sortie CD de l’album a échoué. 
Je remercie évidemment toutes les personnes qui ont participé, mais malheureusement, ça n’a pas suffit.
J’avoue que je m’y attendais un peu, puisqu’il faut pour qu’un tel financement aboutisse, avoir un réseau. 

En tant que musicien «sideman», je n’ai pas ce réseau, puisque je ne suis là «que» pour accompagner l’artiste principal, dont le public s’intéresse généralement peu aux musiciens qui l’accompagnent. 

Comme compositeur, beaucoup de personnes connaissent mon nom, malheureusement, ce que je peux faire en dehors du projet dont je signe les musiques n’intéresse pas non plus ces personnes. 

Mais revenons un peu sur les précédentes déconvenues de cet album:

  • L’album aurait pu sortir fin 2014, mais vu le travail que j’ai eu en juillet et août, j’ai dû repousser, d’autant que...
  • Il aura fallu presque 1 an pour trouver une chanteuse, après en avoir contacté 5, et organisé 2 castings sur internet. J’ai commencé à contacter la 1ere chanteuse en  juin 2014, et j’ai finalement enregistré Xiomara Crystal en avril 2015.
  • De toutes façons, fin 2014, à cause d’employeurs «négligents», je n’avais pas d’argent pour payer la chanteuse. Cet argent, je l’attends encore aujourd’hui...c’est d’ailleurs pour cette raison que je suis dans l’incapacité de sortir le CD.
  • J’ai fait le choix, après les enregistrements, de changer de matériel pour mixer l’album. Cet album a donc été enregistré avec une console numérique, mais mixé avec une vieille console analogique. Il m’a donc fallu un temps d’adaptation avec cette nouvelle console.
  • L’album a été mixé en partie dans mon salon, mais en cours de route, j’ai déménagé mon studio dans mon garage pour être plus tranquille, il m’a également fallu un temps d’adaptation...
  • qui est arrivé à son terme une fois le dernier morceau chanté mixé (soit le 6e morceau). Après ça, je connaissais mieux ma pièce et le matériel, j’ai donc remixé entièrement les 5 premiers morceaux.
  • Lors de la campagne de financement de l’album, les musiciennes ayant joué sur l’album n’ont pas vraiment fait de la pub pour ce projet. Ma famille n’a pas non plus investi sur cet album...

Voilà tout ce qui s’est passé. Et maintenant, voilà ce qui va se passer:

J’avoue que peut être naïvement, j’espérais demander et obtenir de la Sacem l’aide à l’auto-production, à savoir la somme de 4500€ accordée pour le 1er ou 2e album auto-produit. Sans cet argent, impossible de financer un concert (environ 4000€ avec répétitions, location de salle et paiement des musiciens).

Difficile également (mais pas impossible) de démarcher blogs, web radios, web-zines ou tout autre forme de médias qui pourraient faire connaitre l’album. Il doit également être possible de démarcher les salles de concerts, mais sans argent pour louer une salle et pour payer les musiciens, l’intérêt est assez limité...

Il y a donc eu beaucoup d’obstacles jusqu’ici, et avant d’avoir la chance de jouer cet album en live, d’autres obstacles sont à venir...

Mais, vu que:
  • Cet album, c’est le mien, personne ne m’a dit comment le faire, personne ne m’a dit quoi faire, et à aucun moment je me suis dit que j’allais faire ça de manière à ce qu’il plaise à d’autres.
  • Je reste persuadé que d’autres l’aimeront quand même.
  • Il y a une petite chance que les ventes de l’album me permettent de faire un concert et de sortir le CD.
  • L’album, il est prêt. Je l’ai composé, je l’ai enregistré, je l’ai mixé, je l’ai masterisé.
  • Cet album, j’en suis fier.
Je vous présente donc Shadows...j’espère que vous serez transportés dans cet univers !

Evidemment, merci de partager l’info au maximum...




Il est fort probable que je propose également à la vente les scores des morceaux (partitions de tous les instruments). Laissez moi juste du temps pour tout mettre en forme.

Sachez également que, vu le temps qu’il m’aura fallu pour réaliser et sortir cet album, et n’ayant que faire des obstacles qui se dressent devant moi, «Shadows 2» est déjà commencé depuis plusieurs mois... 

La semaine prochaine, je vous parlerai de Shadows en chiffres.

samedi 28 novembre 2015

Shadows - Différences EP / Album

Salut tout le monde !
Toutes les news publiées sur kickstarter concernant l'album depuis la semaine dernière sont accessibles par tous, donc pas besoin de faire un article pour ça aujourd'hui.

En revanche, vu que les news sont assez variées, je voudrais regrouper aujourd'hui tous les extraits illustrant la différence entre l'EP "Shadows on Keys" et l'album "Shadows".

Voilà donc ces extraits:



Voilà, je vous rappelle qu'il reste jusqu'à dimanche prochain pour investir et m'aider à sortir la version physique de cet album sur Kickstarter... N'hésitez pas à faire passer le message !